Friday, September 26, 2008

Poem written by Sergio Ortiz, translated into French by Rania S. Watts


Bengali Rouge

Dites-moi la mère, qui accueille l'aube
dans le riz paddies de l'affection
comme un enfant suant des diamants ?
Qui tombe sur la poussière dans le Godavari,
et les danses avec les ténèbres
jusqu'à ce que vous ordonniez au feu de crémation de brûler ?

Plans de mouche de doigts
comme le lotus céleste,
et les créatures trouvent le sens caché
dans tous.
Moi est perdu dans le sang
des échos de grand poids
frénétiquement la danse avec les épées.

La mère, où peut je vous trouve
exécution des miracles ?
Il y a un arbre enroulé gonflé à bloc
sur ma langue,
extase d'indium de rouges.
Il est cloué au revers de mon rompu
cou, baisers rêveurs.
La mère, qui empoisonne
notre patrie avec le métal
géants crachant le feu ?

No comments:

Post a Comment

Blog Archive

Followers


Typying